Arts and Entertainment

Après le 11 septembre 2011 et l’attaque terroriste des tours jumelles à New York, la planète au complet était en état de choc. Tous les gens qui ont été informés de la nouvelle se souviennent d’où ils étaient et ce qu’ils faisaient. Avez-vous déjà imaginé ce que les personnes sur le campus de l’université au moment précis pensaient? Si oui, cet article raconte la vision d’horreur que les journalistes du journal le Fulcrum ont eu de l’événement qui a marqué l’histoire. L’éditorial nous fait voir ce qui se disait après l’attentat et l’opinion du journaliste sur le campus par rapport à l’accident.

 
We now have our day to remember: where we were, what we were doing and who we were with on the morning of Sept 11. While Terrorism has existed in our young lives, never has it existed to this magnitude and proximity. Our parents speak of the John F. Kennedy assassination and our grandparents of the Pearl Harbour bombings. We will now talk about the World Trade Center destruction of 2001. Today, while thousands of people were losing their lives, hundreds of thousands were trying to track down missing loved ones and billions of bystanders around the world were asking ‘why’? We at U of O went on living, with only a few small pauses. Only blocks away from where we study, Prime Minister Jean Chretien formulated Canada’s response to the attacks, the RCMP closed down Wellington Street for fears of terrorism and malls and stores locked their doors as a security precaution. True terror crept closer to our borders than anyone could have ever imagined. Walking back to our offices from the house where the Fulcrum staff had gathered to watch the carnage, a plane flew overhead and all of our eyes veered upwards. We all had the same thought – could this happen here? Yes it could. Our campus exhibits a diversity nearby unmatched on campuses across the country. We have representation from cultures and religions that many people didn’t know existed until they came to the Nation’s capital. However, the terrorist attack on Sept. 11 were likely spurred by mutual misunderstanding between some of the same cultures and religions found at U of O. With our campus’ diversity our students’ true identities can also remain a mystery. One wonders who we really are, from where we really come, with which organizations we are, from where we really come, with which organizations we are affiliated and to whom our true connections lie. You are fooling yourself if you believe that our campus community is a happy, homogenous place. Segregation is evident in the cliques we form, the groups we join and the social events we attend. It is this segregation that opens the door t conflict, and conflict takes only a small issue or a charismatic leader to ignite into a major happening. It can happen here. We must learn to understand the varying cultures and religions that surround our campus. Each person comes from a different land, with different political beliefs and values, all of which are worthwhile. And none of which will be amenable to absolutely everyone. Let’s not allow today’s events to fuel paranoia that doesn’t have a place in an institution of higher everyone. Let’s allow those events to educate our population on what is wrong with today’s world and how awful life really can be. In today’s world we have the technology and knowledge to communicate with and understand each other better than at any other point in history. We also have the technology to eliminate each other better more efficiently. Today’s students must initiate the steps toward peace that have been needed for thousands of years. In a few years, we will be the ones making the massive decisions in world affairs and negotiating with groups wanting change. To prepare we must not react in a knee jerk fashion to catastrophe – we have to attempt to learn, to understand and to comprehend the madness that is our very scary world.
Le Shinerama est un événement de la semaine 101 ou chaque étudiant participe pour amasser de l’argent pour combattre la fibrose kystique. A chaque année l’Université organise une campagne de financement, mais en 2001 les étudiantes de la faculté de sciences politiques ont trouvé un moyen pour du moins étonnant pour ramasser de l’argent. Elles ont décidé qu’un lavage d’automobile sans haut n’était pas assez original puisqu’il y en avait déjà un à l’endroit original ou elles devaient le faire, donc elles ont décidé de seulement enlever leur top et de faire la campagne de financement en brassière. Aujourd’hui, se dévêtir pour gagner de l’argent pour une offre de charité ne serait pas acceptable.
University of Ottawa students have reason to be proud. After several years of disappointing Shinerama fundraising attempts, U of O students raised $30,643 last Saturday through such diverse methods as arm wrestling, shining statues, collecting beer bottles for refunds and making Shinerama songs. “I’m extremely happy,” said Shinerama coordinator Pat Casey. “That’s triple what we did last year on the day of Shinerama.” Between 500 and 600 shiners flooded the streets of Ottawa Sept. 8 to collect donations for cystic fibrosis (CF) research. CF is a fatal genetic disease that affects the respiratory and digestive systems. The life expectancy for those with CF is just over 30 years. Of all the creative fundraising attempts, perhaps the biggest money maker was the method used by a group of political science students. “We were trying to come up with something original,” said Vanessa Rosa, a second-year political science student. “We thought of a topless carwash, but when we got to the corner (of Bank and Gladstone) there was already one there. So we just went topless.” The eight students, clad in bras and shorts, together collected $800. “We wanted people to see us,” – Rosa added. “The whole point is to raise money, but also to make people aware of cystic fibrosis. It gets them asking ‘what is this disease, and who does it affect?” The Canadian Cystic Fibrosis Foundation (CCFF) was unaware of the U of O’s total until the Fulcrum called to ask for comments. “You raised how much?” said CCFF Manager of Annual Giving and Donor Relations Julie Cookson. “That’s fantastic!” I was in Ottawa in the morning (of Shinerama) and turnout looked great. It’ been a record-breaking year” said Cookson, citing Wilfred Laurier University Canada-high total of $118,000. Early returns from Carleton indicate the capital’s other university had an outstanding campaign as well, raising over $60,000 for CF. “That’s incredible from one community,” said Cookson. “The two student groups (the U of O and Carleton) did really well. Congratulations to them and to the city of Ottawa.” “The Shiners should be super proud of the time and effort they put in,” agreed Casey, describing his experience as campaign chair as heartwarming. Both Casey and Cookson believe that students are essential in the fight against Cystic Fibrosis. “Student support provides funds a great support to people fighting, and provides hope for a cure.” The final U of O dollar figure is not yet available as monies collected prior to Shinerama Day through barbecues, lollipop sales and other contributions have not been tabulated – meaning the total can only grow. Le Shinerama September 13 2001 – Students shine brightly (topless car wash for Shinerama)
L’avortement est un sujet controversé peu importe à quelle époque on se retrouve. Dans les années 80, on avait une vision différente du monde et la religion était beaucoup plus présente dans la vie des étudiants de l’Université d’Ottawa. Dans l’édition du 29 mars 1988, on pouvait y trouver une annonce du mouvement vivere qui lutte contre l’avortement.  On peut y voir un embryon, plusieurs informations qui misent à lutter contre l’avortement et une section ou les étudiants peuvent cotiser annuellement pour la somme de 5$,10$, 50$ ou 100$. C’est une annonce qui ne pourrait pas être publiée dans un journal étudiant aujourd’hui. Quelle serait votre réaction si vous aviez vu une annonce comme celle-ci dans votre journal étudiant?
En janvier, nous finissons les vacances de Noël et c’est un retour à la routine pour la plupart des gens. Cependant, il y a certaines personnes qui commencent leur aventure universitaire en janvier. C’est l’association étudiante de science politique (AÉSP) qui aura eu l’idée de créer une deuxième semaine d’accueil ou qui sera dans ce cas appelée: la semaine gelée. Des activités sont prévues pour le mois de janvier dont: une sortie surprise ou les étudiants ont la chance de se rendre à Montréal pour une journée complète. Le manque d’inscription à cet événement fait en sorte que la SÉUO (Student Federation of the University of Ottawa) se retire de l’organisation. Le froid, le manque de motivation, ou même le manque d’étudiants commençant l’Université dans la session d’hiver, ont sûrement été des facteurs qui ont influencé la décision de ne pas faire une deuxième édition de la semaine gelée. Cependant il est difficile de pointer la raison précise pour laquelle nous n’avons plus de deuxième semaine d’accueil. Si une deuxième semaine 101 aurait lieu, est-ce que vous voudriez y participer?
L’idée de produire une (deuxième semaine d’accueil) en janvier provient originairement du vice-président aux activités sociales de l’AÉSP, Dave Meli. Celui-ci comptait par contre sur l’implication de la FÉUO par le biais de son vice-président aux activités sociales, Christopher Blais. Faute d’un nombre suffisant de participants, la FÉUO a préféré se retirer du projet, du moins pour cette année. La quarantaine de participants, tant étudiants en science politique, qu’en arts, en communication et en génie, ont semblé emballé par les quatre jours d’activités proposés par Dave Meli et son équipe. (Les deux activités qui ont suscité le plus d’intérêt chez les étudiants ont été le voyage mystère du vendredi et le (keg party) du samedi), estime-t-il. Le voyage mystère est un concept intéressant qui consiste à faire monter les étudiants dans un autobus sans que ces derniers ne connaissent la destination. Le groupe a donc quitté Ottawa à 19h en direction du Dôme, un bar de Montréal, pour être de retour la nuit même vers les cinq heures. L’association ne semble pas avoir souffert du manque de publicité. (Le bouche à oreille a suffi pour intéresser les étudiants), précise Dave Meli. Il ajoute que les participants déjà inscrits à la semaine d’activités de la FÉUO ont été amicalement invités à se joindre à l’équipe de science politique. Malgré le succès remporté par la semaine gelée de l’AÉSP, les organisateurs affichent un déficit de près de 700$, soit 200$ de plus que prévu.
En 2008, Allan Rock (recteur de 2008 à 2016) commençait à prendre ses fonctions comme recteur de l’Université d’Ottawa. Cependant, sa résidence permanente dans la région de la capitale nationale n’était pas complètement installée. Il décida de s’installer temporairement dans une des résidences, plus précisément au 90 University situé sur le campus. D’après lui, la vie de résidence était une aventure et ça lui a également permis de rencontrer les étudiants. Il a demeuré seulement pendant une courte période dans la résidence, mais en a retiré une bonne expérience de la vie étudiante du temps. Si vous résidez à 90U vous pourriez peut-être rester dans la chambre de l’ancien-recteur de l’Université ou même d’un autre ancien connu de l’Université d’Ottawa.
À peine arrivé en poste, Allan Rock fait un séjour d’un mois au 90 rue University En attendant que sa nouvelle demeure soit disposée à accueillir, Rock a saisi l’occasion de se mettre au diapason du campus. (Ma maison n’est pas prête et j’ai pensé que d’habiter en résidence me donnerait une bonne occasion de rencontrer des étudiants). D’ailleurs, on ressent qu’Allan Rock est en mesure de faire la promotion de l’Université d’Ottawa a qui le voudra. Il vante déjà les mérites d’un campus situé en plein centre-ville. (Rien n’est comparable. Les services sont nombreux, les aires de repos sont abondantes et on a su conserver les espaces verts. On se sent en sécurité et on a accès à toutes les commodités a moins de cinq minutes du campus.) Le paysage universitaire a beaucoup changé au cours des années. Les pavillons se sont multipliés). En fait, le 90 rue Université, l’édifice ou le nouveau recteur séjourne n’apparaissait pas sur la carte du campus du temps que celui-ci était sur les bancs de l’école, il y a un peu plus de 35 ans. Depuis qu’il est en (res), chaque jour est une aventure, souligne Rock. (J’apprécie la fraîcheur de la vie étudiante.) Il soutient également qu’il a eu la chance de vivre le caractère bilingue de l’Université et a eu l’occasion de rencontrer plusieurs professeurs lors de ses déplacements. Malgré cela, Allan Rock dit s’ennuyer du confort de sa chaise favorite et des repas faits à la maison.